vous lisez...
L' Actu rebondit sur PQDS, Plus Que...du Rugby

Top 14 : De l’utilité des barrages.


Ce week-end, l’édition 2013 du championnat de France de rugby vivait ses deux matchs d’accession aux demi-finales. Et comme d’habitude, les mieux classés à l’issue de la saison régulière ont gagné. Retour sur une formule qui n’entretient pas le suspense.

 

« Une hérésie », « Un parcours du combattant stupide » ? Plus personne ne semble se poser ces questions au sujet des barrages du Top 14. Il s’agissait pourtant des propos tranchés du manager Toulousain Guy Novès lors de l’instauration de ces matchs supplémentaires* en 2009-2010 (voir « Top 14 : des Barrages pour du Beurre »). La raison de son courroux : un week-end supplémentaire au calendrier, un surplus de tension nerveuse et de fatigue, de nouveaux risques de blessures… alors que les saisons de championnat sont de plus en plus dures à gérer entre les exigences du XV de France, les doublons liés aux fenêtres internationales, un niveau qui s’élève d’année en année, des équipes hexagonales toujours plus armées de prestigieuses stars étrangères.

Mathématiques ? Quoi qu’il en soit, ces barrages le sont. A n’en pas douter. Car, malheureusement, les résultats qui tombent depuis quatre ans ne plaident pas en la faveur du maintien de ces « vrais-faux quarts de finales » (puisque l’on compte deux matchs au lieu de quatre). Lors de ce tour, selon le classement à l’issue des 26 journées de la phase régulière, le 3ème reçoit le 6ème, et,  le 4ème reçoit le 5ème. Mais y-a-t-il seulement un enjeu ?  Pas vraiment comme le démontrent les statistiques:

– En 4 éditions **, les 16 places de play-offs disponibles, – 4 par années -, ont été occupées par 7 équipes (Castres (4 fois), Montpellier et le Racing (3), Clermont et Toulouse (2), Toulon et Biarritz(1))

– A ce jour, seul Clermont, 3ème de la phase régulière en 2010, est devenu champion en passant par les barrages mais l’édition 2013 n’est pas achevée. Ainsi, Castres et plus vraisemblablement Toulouse pourraient tirer profit de l’affrontement de leurs adversaires auvergnats et varois en finale de HCup le 18 mai, une semaine avant des ½ finales qui s’annoncent musclées entre les 4 mêmes protagonistes que l’an passé ***.

– 1 seule réussite sur 8 tentatives, soit 12,5% de chances d’atteindre le tour suivant lorsque l’on finit 5ème ou 6ème. Montpellier est la seule équipe à avoir franchi le mur de ces qualifications, allant même jusqu’en finale en 2010-2011.

 

Peu de place pour le hasard. On le voit, aujourd’hui, ces barrages du Top 14 n’offrent pas vraiment le droit de rêver. Peut-être doivent-ils être joués sur terrain neutre car dans l’immense majorité des cas, les mieux classés remportent la mise. Mais cela changerait-il grand-chose quand, le week-end dernier, les victoires du Stade et du CO n’ont souffert d’aucune contestation ?
Il existe un risque réel que l’édition 2014 continue sur le même chemin. A un an de la Coupe du Monde et alors que le sélectionneur Philippe Saint-André cherchera encore et toujours des dates disponibles dans le calendrier, il sera temps de se demander si cette formule mérite d’être maintenu. Le très célèbre président Toulonnais, Mourad Boudjellal, déclarait en avril que « supprimer cette formule ferait mal économiquement à beaucoup de clubs » et « que le taux de remplissage des stades est déjà en souffrance cette année ». Mais le seul argument d’un nouveau match pour remplir les caisses des clubs ne saurait tenir lorsque l’on se targue d’être le meilleur et le plus riche championnat au monde, et, que l’on cherche à s’attacher chaque année les services des plus grandes icônes rugbystiques planétaires. Dans le même temps, le dirigeant varois justifiait l’organisation de cette fin de saison comme un palliatif à l’existence d’un ventre mou. Cette formule mobiliserait l’intérêt d’un plus grand nombre de clubs jusqu’à la dernière journée de poule. Sauf que ce ne fût pas tout à fait le cas cette année puisque 4 équipes n’avaient plus rien à jouer à 3 journées de la fin (Grenoble, stade français, Bayonne, Union Bordeaux-Bègles).

L’imbécile regarde le doigt ? Il est vrai, jusqu’ici, le parfum des phases finales faisait saliver le public et les rencontres de printemps ont toujours été le fruit d’ingrédients bien connus : un peu de soleil, saupoudrés de beau jeu et pour finir une grande dose d’inconnu. Si le premier est aux abonnés absents depuis 6 mois, ce n’est la faute de personne. Le second, lui, a refait surface vendredi au Stadium de Toulouse après des qualifications tristounettes et sans essai l’an passé. Ouf !
Mais bien que les spectateurs ovales savent que l’on ne peut pas toujours faire la pluie et le beau temps et que les grandes chevauchées balle en main ne sont pas systématiquement au rendez-vous, il est à parier qu’ils n’accepteront pas longtemps l’absence d’enjeu dans ces matchs couperets.
En effet, à quoi bon payer pour voir un spectacle à la mise en scène peu aboutie et dont on connait la fin ?  Si la situation perdurait, certains mauvais esprits n’hésiteraient pas à remettre en question la spécificité culturelle du rugby, et poser la question qui fâche : au-delà même des seuls barrages,  à quoi servent les phases finales ? – S.L

 

* entre les saisons 2005-2006 et 2009-2010, les 4 premières équipes de la phase régulière accédaient directement aux ½ finales du championnat.
** Résultats des barrages depuis leur création (classement à l’issue des poules entre parenthèses) :
2009 / 2010 : Toulouse (4) 35-12 Castres (5) / Clermont (3) 21-17 Racing Métro 92 (6) ;  l’ASM sacré champion
2010 / 2011 : Clermont (4) 27 – 17  Biarritz (5) / Castres(3) 17–18 Montpellier (6) ; Montpellier atteint la finale
2011 / 2012 : Castres (4) 31- 15 Montpellier (5) / Toulon(3) 17 – 13 Racing Métro 92 (6)
2012 / 2013 : Toulouse (3) 33 – 19 Racing Métro 92 (6) / Castres (4) 22 – 12 Montpellier (6)
*** Calendrier :
Vendredi 17 mai – Finale de la Amlin Cup à Dublin (21h) : Leinster / Stade Français
Samedi 18 mai – Finale de la HCup à Dublin (18h) : Clermont / Toulon
Vendredi 24 mai –  ½ Finale Top 14 à Nantes (21 h) : Toulon /Toulouse
Samedi 25 mai – ½ Finale Top 14 à Nantes (16h30) : Clermont / Castres
Samedi 1er juin – Finale Top 14 à Saint-Denis (21h)
Publicités

À propos de stephanlem

sport journalist

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :