vous lisez...
L' Actu rebondit sur PQDS, Plus Que...du Rugby

XV de France : Un moment charnière


Philippe Saint-André vient de révéler la composition du XV qui débutera face aux anglais, dimanche.
Deux changements d’envergure : Julien Dupuy et Lionel Beauxis occuperont les postes clés à la mêlée et à l’ouverture.

en 2009, Dupuy (3ème à partir de la gauche) et Beauxis(5ème devant Papé) étaient partenaires au Stade Français

 » Ils ont l’habitude de jouer ensemble, c’est un choix stratégique pour affronter l’Angleterre ». C’est en ces termes que le sélectionneur des bleus vient de justifier cette révolution de velours : depuis 2008, Morgan Parra et François Trinh-Duc avaient trusté la plupart des N°9 et N°10 attribués, ensemble ou séparément.

Hasard du calendrier, le 25 février dernier, PSA présentait sa charnière dans « l’Équipe Mag » et regrettait que dans notre pays, en cas « de défaites, c’est l’ouvreur qui trinque. Ce poste n’est pas sacralisé ». Et si nous avons ce sentiment que notre goret national se dédit aujourd’hui, n’oublions pas une chose : la France n’a pas perdu dimanche dernier. PSA est en soit fidèle à ses propos : pour lui, la conduite du jeu prime sur un jeu au pied qui pourrait s’avérer imprécis. Lundi en conférence de presse, il pointait déjà les mauvaises orientations stratégiques face à l’Irlande. Exit donc Trinh-Duc et Parra. Dupuy et Beauxis feront donc leurs retours comme titulaires : le 1er n’était plus apparu depuis le 28 novembre 2009 et une défaite face à aux blacks, le 2ème était revenu dans le groupe bleu en début d’année.

Complémentarité et stratégie. Le comité de sélection a privilégié leurs automatismes puisque les deux joueurs ont souvent été associés à partir de la saison 2009 au Stade Français. Au regard de l’inconsistance chronique de notre jeu au pied et de l’excellent début de championnat du toulousain, Beauxis devait avoir sa chance. Dupuy, lui, n’a pas démérité avec son club, mais compte-tenu des questions récurrentes sur la non sélection de Dimitri Yachvili, excellent avec Biarritz vendredi, le parisien ne pouvait plus jouer les cireurs de banc après la prestation de Parra : car le renfort de Yachvili dans l’effectif du club basque en lutte pour le maintien n’est évidemment pas négligeable et le double rôle de Patrice Lagisquet,- entraîneur chez les bleus,manager au BO-, prêtaient à suspicion.

100 jours de grâce. Par ailleurs, les deux joueurs ont pour eux de buter avec réussite : Beauxis se chargera des pénalités longues; la veille du match au SDF déterminera qui prend les coups de pieds au près.
Le staff des bleus a aussi longuement discuté au sujet du numéro 8, « vraiment le seul poste où il y a eu débat ». Mais finalement Harinordoquy remporte la mise sur son expérience de l’alignement comme l’a indiqué Saint-André : « Quand on parle d’occupation, il faut que la touche soit très bonne. Mais Louis (Picamoles) rentrera plus tôt ».

Après le nul face à l’Irlande l’heure n’est pas à la crise mais, un peu plus de trois mois après ses débuts officiels,  le sélectionneur pourrait bien voir sa côte chuter en cas de défaite face à nos meilleurs ennemis, « très puissants, très propres défensivement et collectivement ». PSA le sait mais visiblement se rassure en nous servant « la détermination de son groupe » à l’approche de ce crunch particulier, –« y’a beaucoup de gens qui ne regardent le rugby qu’une fois dans l’année et c’est ce France-Angleterre »-. Et puis, « si t’as une décompression au moment de jouer les anglais, faut se poser des questions« .

A n’en pas douter, chaque année, ce match face à l’Angleterre est un moment spécial. Se mêlent rivalités ancestrales et suprématie sportives. Chaque année ce match est une question de fierté. Mais cette année, pour Philippe Saint-André, il est aussi un moment charnière. S-L

L’équipe de départ : 15. Poitrenaud ; 14. Clerc, 13. Rougerie, 12. Fofana, 11. Malzieu; 10. Beauxis, 9. Dupuy; 7. Bonnaire, 8. Harinordoquy, 6. Dusautoir (cap.); 5. Maestri, 4. Papé; 3. Mas, 2. Szarzewski, 1. Poux.
Remplaçants : 16. Servat, 17. Debaty, 18. Nallet, 19. Picamoles, 20. Parra, 21. Trinh-Duc, 22. Mermoz.
23e homme : Attoub.
Publicités

À propos de stephanlem

sport journalist

Discussion

Une réflexion sur “XV de France : Un moment charnière

  1. Super article… J’hesite beaucoup sur Dupuy..on verra, c’est vrai qu’il a l’experience du jeu anglais..

    Publié par François | 07/03/2012, 12:44

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :